Le gaspillage, talon d'Achille de notre système alimentaire

Actualités & Presse

Ils parlent de nous 31/03/2022

Le gaspillage, talon d'Achille de notre système alimentaire

ODDO BHF1 Minute

Selon le rapport 2021 des Nations unies sur l’indice de gaspillage alimentaire, 1,3 milliard de tonnes de nourriture sont perdues ou gaspillées chaque année dans le monde. Ce chiffre représente le tiers de toute la nourriture produite à l’échelle mondiale, ce qui permettrait à plus de 1,2 milliard de personnes de s’alimenter.

 

Il existe deux grandes sources de gaspillage alimentaire : la perte de nourriture et les déchets alimentaires. La perte de nourriture est la catégorie la plus importante et fait référence à la nourriture qui a été produite mais qui n’est pas arrivée jusqu’au consommateur final. Cela est dû généralement à un manque d’infrastructures efficaces au long de la chaîne d’approvisionnement des produits, ainsi qu’aux pertes lors de la production et de la récolte. Les déchets alimentaires font référence aux aliments qui ont été jetés intentionnellement, principalement pour des raisons esthétiques (forme, couleur, etc.).

 

De nombreux produits sont concernés par le gaspillage alimentaire : 45 % des fruits et légumes, 30 % des céréales et 20 % des viandes et volailles. Ces variations s’expliquent essentiellement par la nature des produits (fragilité, durée de conservation, etc.), leur prix et leur image culturelle.

 

Une étude de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO, voir le graphique) souligne que dans les pays développés, la part la plus importante du gaspillage se produit pendant la phase de consommation, où la nourriture est rejetée principalement en raison de l’esthétique du produit. En revanche, dans les pays en développement, le gaspillage alimentaire a pour principale cause l’inefficacité des infrastructures de transport et de stockage des produits.

 

Le gaspillage de cette quantité astronomique de nourriture n’est pas seulement un problème social pour les 800 millions de personnes sous-alimentées vivant dans le monde, c’est aussi un problème écologique majeur. En effet, il faut trois fois le volume d’eau du lac de Genève pour produire cette nourriture in fine gaspillée, ainsi que 1,4 milliard d’hectares de terres arables. Sans compter les émissions de méthane correspondantes, la production des pesticides, des engrais et les émissions produites pendant la transformation des produits. Selon les Nations unies, si la perte et le gaspillage alimentaires constituaient un pays, celui-ci serait le troisième émetteur mondial de gaz à effet de serre après la Chine et les Etats-Unis, soit 8 % à 10 % des émissions à l’échelle globale, avec 3,3 milliards de tonnes de CO2 rejetées dans l’atmosphère.

 

Afin de proposer des solutions concrètes, les Etats, les organisations non gouvernementales et les entreprises doivent disposer de données suffisamment complètes et fiables permettant d’évaluer le gaspillage alimentaire.


 

(...)

 

 

 

Partager

Nos actualités

Perspectives économiques 2023 – Après le pic d’anxiété Perspective économique 18/01/2023

Perspectives économiques 2023 – Après le pic d’anxiété

Un choc géopolitique majeur, une inflation au plus haut depuis quarante ans, un resserrement monétaire sans précédent, et le moteur de croissance chinois qui cale… voici ce que 2022 nous laisse en héritage.

Actions européennes : les titres du Vieux Continent à nouveau recherchés Point marchés 18/01/2023

Actions européennes : les titres du Vieux Continent à nouveau recherchés

Les actions européennes ont le vent en poupe. Depuis le début du quatrième trimestre 2022, les performances des marchés actions de ce côté de l’Atlantique se démarquent clairement de leurs équivalents américains.

Stratégie d'investissement Q1 2023 - A vos marques ! Point marchés 18/01/2023

Stratégie d'investissement Q1 2023 - A vos marques !

Pour une majorité d’observateurs, 2022 aura été une année historique. Entre la guerre en Ukraine, la hausse vertigineuse de l’inflation, la fin précipitée de l’ère de l’argent bon marché et le choc d’offre énergétique, les investisseurs ont fait face à de multiples facteurs contraignants.